Fonds E0082 - Fonds Institut agricole d'Oka

Répertoire numérique du Fonds de l'Institut agricole d'Oka (E0082)
Original Document numérique not accessible

Zone du titre et de la mention de responsabilité

Titre propre

Fonds Institut agricole d'Oka

Dénomination générale des documents

  • Documents iconographiques
  • Objets
  • Documents textuels

Titre parallèle

Compléments du titre

Mentions de responsabilité du titre

Notes du titre

  • Source du titre propre: Titre basé sur le créateur du fonds.

Niveau de description

Fonds

Dépôt

Cote

CA UDEM01 E0082

Zone de l'édition

Mention d'édition

Mentions de responsabilité relatives à l'édition

Zone des précisions relatives à la catégorie de documents

Mention d'échelle (cartographique)

Mention de projection (cartographique)

Mention des coordonnées (cartographiques)

Mention d'échelle (architecturale)

Juridiction responsable et dénomination (philatélique)

Zone des dates de production

Date(s)

Zone de description matérielle

Description matérielle

16,56 m.l. de documents textuels. - 1,9 m.l. de documents iconographiques. - 1 tableau.

Zone de la collection

Titre propre de la collection

Titres parallèles de la collection

Compléments du titre de la collection

Mention de responsabilité relative à la collection

Numérotation à l'intérieur de la collection

Note sur la collection

Zone de la description archivistique

Nom du producteur

Histoire administrative

L'Institut Agricole d'Oka est fondé en 1893, sous le nom d'École d'Agriculture d'Oka, par un groupe religieux trappiste venu de Bellefontaine, France. Cet Institut a pour mandat de former des jeunes gens instruits en sciences agricoles tout en enseignant les différentes branches de l'agriculture.

À leur arrivée, en 1883, les trappistes s'installent à Oka. Sous la direction de l'Abbé Dom Antoine Oger, l'Abbaye d'Oka se spécialise en agriculture et se distingue par la transformation de friches en jardins, vergers et prairies luxuriants. En 1893, le gouvernement du Québec, en accord avec les autorités religieuses, décide de transformer l'Abbaye d'Oka en centre d'enseignement agricole. Tout d'abord connue sous le nom d'École d'Agriculture d'Oka, elle devient suite à une affiliation avec l'Université Laval à Montréal, en 1908, l'Institut Agricole d'Oka. Dorénavant, elle possède le pouvoir d'octroyer des diplômes universitaires. Cet Institut offre un cours scientifique de 4 ans pour former des théoriciens ; un cours de 2 ans pour la formation de praticiens ; un cours abrégé d'hiver pour la formation continue ; et un cours d'été offert aux instituteurs et aux inspecteurs d'écoles primaires. En 1928, après une fusion des quatre écoles vétérinaires du Québec en l'École de médecine vétérinaire de la province de Québec, cette dernière est transférée à l'Institut Agricole d'Oka. Cette école également affiliée à l'Université de Montréal possède deux buts ; un premier consistant à offrir un enseignement de langue française à la population du Québec, du Canada et des États-Unis ; le second est de constituer par ses travaux un trait d'union entre la science vétérinaire française et américaine. Ainsi coexistent l'agronomie et la médecine vétérinaire à l'Institut Agricole d'Oka jusqu'en 1947 ; année où cette dernière discipline déménage à Saint-Hyacinthe et devient l'École de médecine vétérinaire. Puis, le gouvernement du Québec décide de centraliser l'enseignement de l'agronomie à l'Université Laval à Québec. L'Institut Agricole d'Oka ferme donc ses portes en 1962.

Historique de la conservation

Portée et contenu

Le fonds témoigne des activités de l'Institut agricole d'Oka et de l'enseignement de l'agronomie au Québec. Le fonds contient les 12 séries suivantes : A Histoire et fermeture de l'Institut, B Administration, C Relations internes et externes, D Congrès, conférences et autres activités, E Bâtiments de l'Institut, F Bibliothèque, G Personnel, H Étudiants, I Enseignement, J Recherche, K Publications et L Documents iconographiques.

Zone des notes

État de conservation

Source immédiate d'acquisition

Don de l'Abbaye cistercienne d'Oka en juillet 1997 et versements antérieurs.

Classement

En 1978, la Division des archives a traité quelques documents de l'Institut agricole d'Oka que l'Université de Montréal avait en sa possession. Le Répertoire numérique du Fonds de l'Institut agricole d'Oka (no 41) a alors été produit. Cette partie du fonds demeure inchangée et a été intégrée dans la sous-série E0082-B-3.

En juillet 1997, le fonds de l'Institut agricole a été acquis par donation de l'Abbaye cistercienne d'Oka. Des documents concernant l'Abbaye cistercienne ont été retournés à leur fonds d'origine. Des objets faisaient également partie du fonds. Plusieurs d'entre eux ont été retirés du fonds et intégrés à l'Herbier Louis-Marie de l'Université Laval. Il s'agit de plaques de plomb originales, d'épreuves pour la séparation des couleurs et négatifs des illustrations de nombreuses éditions de l'ouvrage intitulé Flore-manuel de la Province de Québec et des spécimens de plantes récoltés par le père Louis-Marie. Avant son traitement, le fonds comprenait environ 19 m de documents textuels et iconographiques, ainsi que quelques microfilms et objets.

La première étape du traitement a consisté à établir un cadre de classification pour le fonds. Les Archives nationales du Québec (ANQ) avaient déjà réalisé un cadre de classification pour environ 20% des dossiers du fonds, à l’occasion de leur inventaire national de 1979. Nous avons choisi d'intégrer ces dossiers à l'intérieur du cadre de classification élaboré par la Division des archives pour l'ensemble du fonds, afin de rassembler les dossiers touchant les mêmes activités ou sujets et d’éviter les répétitions. Néanmoins, dans la zone de notes des notices descriptives, nous avons mentionné la cotation attribuée par les ANQ, ce qui permet de reconstituer l'ordre de classement élaboré par cet organisme. À ces mêmes dossiers, les Trappistes ont ajouté en 1983 une courte description sur une petite feuille. Ces descriptions ont été conservées dans les dossiers.

À l’origine certains groupes de dossiers avaient été classés ensemble, à l'origine tels les dossiers des étudiants et des professeurs, les listes d'étudiants, les fiches d'étudiants, les résumés et notes de cours, la correspondance alphabétique et numérique, les dossiers de matériel pour les cours, les rapports d'examen et les publications. Ces groupes ont servi de base à l'élaboration de certaines séries ou sous-séries. D'autres séries ont été créées sur la base d’activités de l'Institut telles que l'administration, les congrès, les conférences et autres activités, l'enseignement et la recherche. Enfin, des séries sur l'histoire et la fermeture de l'Institut, ses bâtiments, sa bibliothèque, ainsi qu'une série regroupant les documents iconographiques complètent le cadre de classification. Au total, le fonds se compose de douze séries, dont les plus volumineuses sont consacrées aux étudiants, aux relations internes et externes, ainsi qu'à l'enseignement. Les séries les plus importantes ont été subdivisées en sous-séries. Lorsque le classement de ces sous-séries n'obéit pas au principe du général au particulier, une mention de leur type de classement est inscrite dans la notice descriptive correspondante.

Le cadre de classification demeure assez général et large. Certains dossiers comptent une grande variété de documents et portent sur plusieurs sujets à la fois. La règle observée à cet égard a été d'insérer ces dossiers dans le cadre de classification en tenant compte du sujet principal des dossiers, ainsi que de leur emplacement initial dans les boîtes .

Dans chaque dossier, l'ordre original a été préservé, exception faite des documents iconographiques, qui sont classés selon une cotation alphanumérique et ont parfois été retirés des dossiers d'origine. Le classement physique des dossiers a été réalisé au fur et à mesure de la description. En outre, le tri a été effectué parallèlement à la description. Les doubles et les coupures de journaux ont été retirés. Pour ces dernières, des photocopies remplacent les originaux. Lorsque l'information n'est pas indiquée dans la zone de notes des notices descriptives des dossiers, les photocopies des coupures de journaux ont été produites lors du traitement définitif.

L’instrument de recherche produit lors du traitement définitif est un répertoire numérique, dans lequel chaque dossier a été décrit. Les notices ont été rédigées suivant les Règles pour la description des documents d'archives (RDDA), en vue d'être intégrées au système informatique MANITOU de la Division des archives. Tous les titres des dossiers attribués par l'Institut ont été conservés. La portée et le contenu de plusieurs notices descriptives sont particulièrement longues en raison du nombre de sujets ou de types de documents présents dans un même dossier.
À l’issue du traitement définitif, le fonds de l'Institut agricole d'Oka compte 17,37 m de documents textuels et plus de sept mille documents iconographiques, plusieurs cartes, dessins d'architecture et dessins techniques, ainsi que quelques objets, microfilms et planches. Les documents du fonds ont été produits pendant une période comprise entre 1886 et 1989. Bien que l'Institut ait fermé ses portes en 1962, on retrouve plusieurs documents produits après cette date et qui témoignent de la continuité de ses relations avec ses anciens étudiants et professeurs.

Ce projet de traitement a pu être réalisé grâce à l'aide financière qu'y a apporté le gouvernement provincial par l'intermédiaire des Archives nationales du Québec (ANQ). Le traitement et la description ont été réalisés par Isabelle Dion. Certains documents iconographiques ont été décrits par Hélène Johnson et Pierre Lajeunesse, dans le cadre d’un stage.
En 2023, les données de MANITOU ont été nettoyées, bonifiées et intégrées dans AtoM. Des restrictions d’accès y ont été associées. Ce travail a été réalisé par Julie Parent, Geneviève Ducharme, Emmanuel Dor et Florian Daveau. L’ensemble des descriptions de documents, à l’exception des descriptions des documents iconographiques de la série E0082-B, a ainsi été ajouté dans AtoM.

Les termes d’indexation qui accompagnaient chaque description (notamment réalisées en employant un vocabulaire contrôlé pour les noms communs (descripteurs) et selon les règles propres à la Division des archives pour les noms de personne physique ou morale (identificateurs)) n’ont pas encore été intégrés dans AtoM.

Langue des documents

Écriture des documents

Localisation des originaux

Disponibilité d'autres formats

Microfilms disponibles.

Restrictions d'accès

Délais d'utilisation, de reproduction et de publication

Instruments de recherche

L'ensemble des descriptions du fonds à l'exception des photographies ont été saisie dans la base de données.
Le répertoire ci-dessous contient uniquement les descriptions des documents intégrés à la sous-série B3
Boulet, Marcel et Jacques Ducharme, Répertoire numérique du Fonds de l'Institut agricole d'Oka, (E 82). Montréal, Service des archives, Université de Montréal, 1978, 28 p., Coll. " publications du Service des archives, no 41 ".

La description des séries, des sous-séries et des dossiers a été réalisée par Isabelle Dion.

Générer l'instrument de recherche

Éléments associés

Documents reliés: Fonds Gaspard-Dauth (P 5) ; Fonds du Secrétariat général (D 35) ; Fonds Gérard Tremblay (P 199).

Éléments associés

Accroissements

Identifiant(s) alternatif(s)

Zone du numéro normalisé

Numéro normalisé

Mots-clés

Mots-clés - Sujets

Mots-clés - Lieux

Mots-clés - Noms

Mots-clés - Genre

Zone du contrôle

Identifiant de la description du document

Identifiant du service d'archives

Règles ou conventions

Statut

Niveau de détail

Dates de production, de révision et de suppression

Langue de la description

Langage d'écriture de la description

Sources

Document numérique (Matrice) zone des droits

Document numérique (Référence) zone des droits

Document numérique (Vignette) zone des droits

Zone des entrées

Personnes et organismes associés

Lieux associés

Genres associés