Affichage de 10 résultats

Personnes et organisations
Professeur(e)

Sous-comité conjoint pour l'étude des critères d'évaluation de la recherche (1974-1977)

  • A0096-A
  • Collectivité
  • 1974-1977

Le Sous-comité conjoint pour l'étude des critères d'évaluation de la recherche de l'Université de Montréal a pour mandat de proposer des critères et des moyens qui permettraient au Comité des promotions d'évaluer de façon plus claire et plus précise la qualité des activités de recherche d'un ou d'une professeure, et le degré de son rayonnement intérieur et extérieur.

Le Sous-comité tient ses réunions (au nombre de 14) entre le 11 avril 1974 et le 13 mai 1977.

Réseau des diplômés et des donateurs de l'Université de Montréal (1965- )

  • D0022-A
  • Collectivité
  • 1965-

La mise en place du Fonds de développement en 1965 marque une étape décisive dans l’histoire de la philanthropie à l’Université.

Au lendemain de ses 40 ans d'existence, soit en 2006, le Fonds de développement fait peau neuve et amorce un premier virage, soit celui des relations avec les diplômés et diplômées, de concert avec l'Association des diplômés de l'UdeM (ADUM). Il devient donc le Bureau du développement et des relations avec les diplômés. À partir de 2017, toutes les opérations de l’ADUM sont désormais coordonnées par des employés et employées de l’Université. Le conseil de l’Association, quant à lui, joue un rôle consultatif et stratégique auprès du rectorat.

Un an plus tard, pour mieux incarner des valeurs altruistes, axées sur le savoir et l’entraide, le Bureau du développement et des relations avec les diplômés change de nom pour le Réseau des diplômés et des donateurs de l’UdeM. Plus qu’un changement esthétique, c’est un changement durable qui concerne tous : diplômés et diplômées, donateurs et donatrices, professeurs et professeures, et membres de la communauté universitaire.

La mission du Réseau est de soutenir le rayonnement et les projets de l’UdeM en développant un réseau de diplômés et diplômées mobilisés et une culture philanthropique durable au sein de la communauté.

Pierre angulaire du vice-rectorat aux relations avec les diplômés et à la philanthropie, le Réseau :

  • Élabore les stratégies, fixe les objectifs et coordonne les activités visant à renforcer le sentiment d’appartenance à l’Université.
  • Assure l’apport financier de sources privées pour réaliser les priorités stratégiques de l’établissement et de ses unités.
  • Effectue les opérations administratives liées à la gestion des dons et au fichier des diplômés et diplômées.
  • Agit à titre de référence en matière de fiscalité philanthropique à l’UdeM.
  • Voit au respect de la volonté des donateurs et donatrices.
  • Gère les différents programmes de reconnaissance.

Aperçu des différentes campagnes majeures :

  • 1905, Campagne de vente d’assurance vie.
  • 1920, Première campagne de souscription publique et nationale : comités formés dans les 316 paroisses des diocèses de Montréal, Joliette, Saint-Hyacinthe, Sherbrooke et Valleyfield.
  • 1967, Campagne de souscription dite du « cinquantenaire ».
  • 1971-1981, Campagnes annuelles du Fonds annuel de soutien.
  • 1989-1993, Campagne Réussir ensemble, 1ère campagne tripartite (UdeM, HEC Montréal et Polytechnique Montréal).
  • 1999-2003, Campagne Un monde de projets, 2ème campagne tripartite (UdeM, HEC Montréal et Polytechnique Montréal).
  • 2009-2017, Grande campagne de financement Campus Montréal – Des talents. Une planète. Il s'agit d'une 3ème campagne tripartite (UdeM, HEC Montréal et Polytechnique Montréal).

Conseil des gouverneurs (1950-1967)

  • A0038-A
  • Collectivité
  • 1950-1967

Le Conseil des gouverneurs de l'Université de Montréal est créé en 1950. Sa première réunion a lieu le 4 juillet 1950, sous la direction du recteur Mgr Olivier Maurault.

Le Conseil a le mandat d'adopter le budget de l'Université de même que celui de chaque faculté et école, de nommer le directeur ou la directrice des études, le ou la secrétaire et les membres du conseil de chaque faculté ou écoles, sauf celles de théologie et de philosophie, de nommer les enseignants et enseignantes, les titulaires des chaires, le ou la secrétaire générale, le trésorier ou la trésorière générale et les membres du personnel administratif et subalternes de l'Université, de même que les directeurs et directrices de département ou de service de chaque faculté ou école, sauf celles mentionnées précédemment. Les membres du Conseil doivent également déterminer la compétence et les qualités requises des professeurs et professeures, fixer les salaires du corps professoral, des officiers et officières, et des employés et employées de l'Université, déterminer les conditions de retraite et établir le taux des frais de scolarité, d'examens et des diplômes. Le pouvoir de destituer tout officier ou officière, enseignant ou enseignante, ou membre d'une faculté, sauf celles de théologie et de philosophie, lui est également accordé. Le Conseil se charge aussi de créer, fusionner ou abolir des facultés, écoles, chaires, laboratoires, instituts et départements, de même que d'accepter l'admission, l'affiliation, l'agrégation ou l'annexion de facultés. Il est en outre autorisé à annuler ou modifier toutes décisions prises par la Commission des études, le Comité exécutif et le Conseil des facultés ou écoles. Enfin, on lui confie l'arbitrage avec pouvoir de décision finale de tout différent d'ordre universitaire entre diverses facultés, professeurs et professeures ou écoles, et la création de comités ou sous-comités jugés utiles à la poursuite des activités et buts de l'Université.

À l'issue de la nouvelle charte de l'Université de Montréal en vigueur à compter du 1er septembre 1967, le Conseil des gouverneurs cesse d'exister. Il est remplacé par le Conseil de l'Université, lequel connaît son premier recteur en la présence de M. Roger Gaudry. Selon l'article 13 de la charte, celui-ci « exerce tous les droits de l'Université et tous les pouvoirs nécessaires à son administration et à son développement », ce qui indique que tous les pouvoirs attribués au Conseil des gouverneurs sont repris par l'instance qui lui succède et suppose que d'autres s'ajoutent. Le Conseil a désormais l'obligation d'adopter le budget et d'approuver les états financiers et les règlements concernant les grades universitaires, les qualifications, le statut de professeur et professeure, et la discipline universitaire.

En 1950, la structure administrative du Conseil des gouverneurs dispose de douze membres devant soutenir la religion catholique soit deux membres ex officio (l'archevêque de Montréal et le rectorat), deux personnes nommées par la chancellerie, quatre personnes nommées par le lieutenant-gouverneur et quatre autres personnes nommées à la majorité des voix. Ces membres se portent garants de la supervision de la Commission des études et du Comité exécutif. Avec la charte de 1967, la composition du Conseil est amenée à changer. Le Conseil de l'Université est alors représenté par le rectorat et environ 21 membres nommés par différentes personnes ou instances. C'est également à ce moment que sa responsabilité s'élargit à l'Assemblée universitaire.

Commission des études (1920- )

  • A0033-A
  • Collectivité
  • 1920-

La Commission des études est créée en 1920. Son existence est inscrite dans la première charte de l'Université de Montréal. La première réunion officielle de la Commission a lieu le 12 avril 1920.

Le mandat général qui lui est attribué à l’époque est d'assurer la coordination au niveau pédagogique « de toutes les forces intellectuelles de l'Université », c'est-à-dire de réviser les programmes et leurs horaires, les critères d'admission aux cours ou conditions d'immatriculation, de reconsidérer les seuils minimaux des présences et les notes requises pour l'accessibilité aux examens, et de veiller à l'application de l'apostille universitaire sur les thèses. La Commission doit également se prononcer sur les titres des candidats et candidates aux différents grades et s'enquérir de la compétence pédagogique et académique des professeures et professeurs, et, s'il y a lieu, administrer les sanctions appropriées. De même, elle est chargée d'étudier la création, l'abolition, la fusion, l'affiliation, l'annexion ou l'agrégation de facultés ou écoles, d'ouvrir de nouveaux cours, des chaires et des laboratoires en plus d'adopter, d'amender ou de rejeter les règlements disciplinaires pédagogiques soumis par le Comité exécutif.

Bien que la Commission des études soit en constante évolution, ses fonctions restent principalement les mêmes mis à part quelques ajouts ou modifications au fil du temps. Ainsi, dans la charte de 1967, on donne à la Commission la responsabilité de produire les règlements relatifs à la bibliothèque de l'Université, de décider de l'octroi des doctorats à titre régulier sur la recommandation des conseils de facultés ou des institutions affiliées, et, enfin, de déterminer l'équivalence des grades et des diplômes. Depuis 2018, le mandat de la Commission des études est d’assurer la coordination de l’enseignement et son arrimage avec la recherche. De plus, elle fait ou approuve les règlements nécessaires à l’organisation pédagogique de l’Université et fait des recommandations au Conseil ou au Comité exécutif.

Une dizaine de comités s'y rapportent. La Commission des études se réunit environ dix fois par année.

Les Statuts de l'Université définissent de façon plus détaillée ses pouvoirs et ses règles de composition.

À l’origine, la Commission des études est composée du rectorat, de la présidence de la Commission d'administration, d'un des vice-rectorats, du secrétariat général, des délégués et déléguées du Sénat académique, ainsi que de plusieurs délégués et déléguées venant des écoles et des facultés de l'Université. Présentement, la Commission des études se compose du rectorat, des vice-rectorats, des doyens et doyennes des facultés, de cinq membres du personnel enseignant nommés par l’Assemblée universitaire, dont trois professeurs ou professeures et deux chargés ou chargées de cours, d’au plus deux membres indépendants parmi les diplômés et diplômées nommés par un conseil représentant les diplômés et diplômées de l’université, de quatre membres nommés par un conseil représentant les étudiants et étudiantes de l’Université, des directeurs et directrices des institutions affiliées désignées aux Statuts, et ce, tant que l’affiliation existe et sur la recommandation de l’Assemblée universitaire, et de tout autre membre nommé par le Conseil et dont ce dernier peut limiter les pouvoirs.

Au cours de son histoire, la Commission des études crée deux sous-comités. Parmi ceux-ci, on retrouve la Sous-commission du premier cycle, instaurée le 5 novembre 1974, et le Comité des nominations, inauguré le 16 mars 1976.

Comité spécial sur les sciences religieuses et la théologie (1979-1981)

  • A0167-A
  • Collectivité
  • 1979-1981

La première réunion du Comité spécial sur les sciences religieuses et la théologie de l'Université de Montréal a lieu le 17 janvier 1980.

Il est créé afin de réfléchir sur les solutions envisageables au problème du pouvoir absolu de l'évêque pour les professeurs et professeures de la Faculté de théologie de l'Université. En effet, l'évêque, en décidant de retirer la mission canonique à un enseignant ou une enseignante, semble mettre fin à la vie professionnelle de ce dernier ou de cette dernière. Ainsi, le mandat que s'est vu confier le Comité spécial par l'Assemblée universitaire est « d'explorer l'hypothèse d'une formule bi structurale à l'intérieur de l'Université y compris les modalités d'application [...] » et de faire rapport des conclusions face à cette situation.

Le Comité termine son rapport le 25 septembre 1980 et affirme que même si la mission canonique du professeur ou de la professeure lui est retirée, celui-ci ou celle-ci doit pouvoir conserver son statut d'enseignant ou d'enseignante de l'Université. À la suite du dépôt du rapport, le Comité est aboli le 23 juillet 1981.

Comité spécial sur les principes de composition de la Commission des études (1980- )

  • A0171-A
  • Collectivité
  • 1980-

Le Comité spécial sur les principes de composition de la Commission des études de l'Université de Montréal est créé suite à une délibération de l'Assemblée universitaire le 14 avril 1980.

Le mandat du Comité est d'étudier le problème de la composition de la Commission des études dans l'optique d'assurer, s'il y a lieu, un meilleur équilibre dans la représentation des membres qui doivent y siéger, c'est-à-dire, les professeurs et professeures exerçant des fonctions administratives, les professeurs et professeures n'exerçant pas de fonction administrative et les étudiants et étudiantes, ainsi que de faire un rapport à l'Assemblée universitaire.

Comité des promotions (1969- )

  • A0011-A
  • Collectivité
  • 1969-

C'est à partir de 1966 que l'on retrouve des traces de comités chargés des promotions au sein de l'Université de Montréal.

À travers les années, ces comités sont connus sous différentes appellations :

  • 1966 : Comité d'étude des promotions
  • 1967 : Comité du conseil chargé d'étudier les recommandations de promotions
  • 1968 : Comité chargé de recevoir la procédure pour accorder les promotions aux membres du corps professoral

Toutefois, c'est l'appellation ''Comité des promotions'', créé par le Conseil de l'Université à sa 20e réunion tenue le 5 février 1969, qui est conservée par la suite.

Son mandat est d'étudier les recommandations de promotions à l'agrégation et à la titularisation, d'entendre les doyens et doyennes qui le désirent au sujet des promotions refusées à des professeures et professeurs, et à des attachées et attachés de recherche avec rang qui ne sont pas couverts par la Convention collective entre l'Université de Montréal et le Syndicat général des professeures et des professeurs de l'Université (SGPPUM), et de faire au Conseil toute recommandation en matière de promotions. De plus, il étudie, en vue de la nomination des professeures et professeurs émérites, les dossiers des professeures et professeurs qui prennent leur retraite. Et finalement, il étudie, pour avis à l'autorité compétente, toute nomination comportant l'octroi de la permanence, tout octroi de la permanence à des professeures et professeurs nommés antérieurement sans permanence ou tout autre dossier qui au jugement du Comité exécutif ou du vice-rectorat responsable de ces questions nécessitent un tel avis.

Comité conjoint des officiers généraux (1958- )

  • A0044-A
  • Collectivité
  • 1958-

La première réunion du Comité conjoint des officiers et officières généraux de l'Université de Montréal a lieu le 17 juin 1958.

Le Comité est mandaté par le Conseil des gouverneurs et le Comité exécutif du Syndicat des professeures et professeurs de l'Université (SGPPUM) pour l'étude d'une échelle de traitement pour les professeurs et professeures de carrière, soit de s'entendre sur le principe de la nécessité d'une échelle de traitement pour les professeurs et professeures, autant dans l'intérêt de ceux-ci que de l'Université, et de considérer le niveau et les modalités de l'échelle.

Comité chargé d'étudier les répercussions de la syndicalisation des professeurs sur la juridiction de l'Assemblée universitaire (1975)

  • A0112-A
  • Collectivité
  • 1975

Le Comité chargé d'étudier les répercussions de la syndicalisation des professeurs sur la juridiction de l'Assemblée universitaire de l'Université de Montréal tient sa première réunion le 14 mars 1975.

L'Assemblée universitaire confie au Comité le mandat d'étudier les répercussions de la syndicalisation des professeures et professeurs sur la juridiction de l'Assemblée universitaire et de lui faire des propositions.

Le Comité comprend cinq membres, outre le rectorat ou son ou sa représentante. Ceux-ci doivent être des membres de l'Assemblée et au moins trois d'entre eux doivent être des membres élus à l'Assemblée.

Le 25 août 1975, le rapport du projet final est déposé.

Assemblée universitaire (1967- )

  • A0021-A
  • Collectivité
  • 1967-

L'Assemblée universitaire, telle que mentionnée dans la charte de l'Université de Montréal, est créée en 1967 dans le but de faire partie du corps de l'administration générale de l'Université de Montréal.

Composée d'une centaine de membres de la communauté, l'Assemblée universitaire énonce les principes généraux qui président à l'orientation de l'Université et à son développement et adresse au Conseil des recommandations en ce sens. Elle fait aussi les règlements concernant le statut des professeures et professeurs et en surveille l'application.

Une dizaine de comités s'y rapportent. L'Assemblée universitaire se réunit environ dix fois par année.

Les Statuts de l'Université définissent de façon plus détaillée ses pouvoirs et ses règles de composition, tandis que son règlement de régie interne définit son fonctionnement au quotidien.

L'Assemblée universitaire est constituée des membres suivants : le rectorat, les vice-rectorats, les doyens et doyennes, au moins un professeur ou une professeure de chacune des facultés comptant au moins dix professeurs et professeures élus par ceux-ci, trois membres du Conseil nommés par celui-ci, au moins six membres nommés par un conseil représentant les étudiants et les étudiantes, trois membres nommés par un conseil représentant le personnel de l'Université, et tout autre membre nommé.