Affichage de 812 résultats

Personnes et organisations

 

Zumthor, Paul

  • ZUMTHOR1076
  • Personne
  • 1915-1995

Paul Zumthor est un influent médiéviste du 20e siècle et un auteur incontournable dans son domaine. Professeur, historien de la littérature, romancier, poète et essayiste, il aborde la civilisation médiévale par les études littéraires.

Né à Genève le 5 mars 1915, Paul Zumthor entreprend des études en lettres à l’Université de Paris (Sorbonne), où il obtient successivement un baccalauréat (1933), une licence (1935) et un diplôme d’études supérieures (1936). Il retourne en Suisse et complète à l’Université de Genève un doctorat en lettres avec spécialisation en langues et littératures romanes (1943). Il obtient enfin une habilitation en philologie de l’Université de Bâle (1945). Il débute sa carrière académique au sein du même établissement, en tant qu’assistant du professeur de philologie française Walther von Wartburg, de 1945 à 1948. Il est ensuite nommé professeur titulaire de linguistique romane et littérature médiévale à l’Université de Groningue, aux Pays-Bas (1948-1951). En 1952, il devient professeur titulaire dans la même spécialité à l’Université d’Amsterdam, où il enseigne jusqu’en 1971, tout en y assumant la direction de l’Institut des langues et littératures romanes. Il est également professeur associé à l’université Paris 8 de 1970 à 1971. C’est à l’Université de Montréal qu’il entame le dernier chapitre de son parcours universitaire après un passage à l’Université Yale. Il y est nommé professeur titulaire de littérature comparée en 1972, puis responsable du programme de littérature comparée de 1973 à 1977. Il prend sa retraite de l’enseignement en 1980. Durant sa carrière universitaire, Zumthor le cosmopolite est en outre reçu, en tant que professeur ou conférencier invité, dans plus de 50 universités sur tous les continents.

Parallèlement à ses activités d’enseignement, Paul Zumthor enrichit le champ des études médiévales de nombreuses publications. D’entrée de jeu, sa thèse de doctorat Merlin le prophète : un thème de la littérature polémique de l’historiographie et des romans (1943), devient un ouvrage de référence. Son Histoire littéraire de la France médiévale (VIe-XIVe s.) n’a pas été remplacée depuis sa parution en 1954. Une première réflexion sur un thème majeur de sa recherche, Langue et techniques poétiques à l’époque romane (XI-XIIIe s.), paraît en 1963. Par la suite, Paul Zumthor publie son Essai de poétique médiévale (1972), où il innove en appliquant la critique littéraire moderne aux textes médiévaux, ce qui marque un tournant dans l’étude de la littérature médiévale. Il enchaîne avec Langue, texte, énigme (1975), qui pose les fondations d’importantes études sur les troubadours à venir dans les décennies suivantes. Durant les années 1980 paraissent divers ouvrages sur l’oralité, un autre thème marquant chez le médiéviste, qui fait en outre autorité en matière de poésie orale occidentale depuis l’Antiquité jusqu’au 20e siècle. Considérant que les textes médiévaux sont issus d’une culture essentiellement orale, Paul Zumthor cherche à dégager les traits universels de cette oralité en parcourant le monde à la rencontre de conteurs de villages d’Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie. Il définit une poétique générale de la littérature orale dans son Introduction à la poésie orale (1983). Suivront les titres La poésie et la voix dans la civilisation médiévale (1984) et La lettre et la voix ou De la « littérature » médiévale (1987). En plus de ses ouvrages érudits, la plupart traduits en plusieurs langues, Paul Zumthor lègue une œuvre littéraire constituée de nouvelles, de recueils de poésie et de romans. Parmi ceux-ci, mentionnons notamment Le Puits de Babel (1969) et La Fête des fous (1987), fictions nées de la rencontre de l’historien et du romancier. Son dernier titre, Babel ou l’inachèvement, est publié de manière posthume en 1997 et vient clore une production empreinte d’humanisme qui s’étend sur un demi-siècle.

Au cours de sa longue carrière, Paul Zumthor voit son travail académique et littéraire plusieurs fois récompensé. Il remporte deux prix de l’Académie française : le prix Albéric-Rocheron en 1961 pour son ouvrage historique La vie quotidienne en Hollande au temps de Rembrandt, puis le prix Halphen en 1965 pour sa biographie sur Guillaume le Conquérant. Le prix Charles-Veillon lui est décerné en 1970 pour Le Puits de Babel et le prix Québec-Paris, en 1991, pour son roman La Traversée. Il reçoit de plus deux doctorats honoris causa, l’un de l’Université Laval en 1987 et l’autre de l’Université Paris-Nanterre en 1993. À l’Université de Montréal, il est nommé professeur émérite en 1992. En 1998, quelques années après son décès, un fonds Paul-Zumthor y est créé pour soutenir le développement des études littéraires dans l’esprit de ses recherches. Le médiéviste reçoit par ailleurs de hautes distinctions honorifiques au Canada et en Europe : il est fait chevalier de l'Ordre national du Québec (1992), décoré de la Légion d’Honneur en France et officier de l’Ordre du mérite italien. Il est enfin membre de plusieurs sociétés savantes, dont la Société royale du Canada, l’Académie royale des sciences des Pays-Bas et la Fédération internationale des langues et littératures modernes. Il décède à Montréal le 11 janvier 1995.

Bibliographie

Fonds Paul-Zumthor. (s.d.). Les bibliothèques, Université de Montréal. https://bib.umontreal.ca/collections/speciales/etudes-medievales/fonds-paul-zumthor
Paul Zumthor (1915-1995). (s.d.). Les Fêtes du 125e – Nos pionnières et nos pionniers. http://www.125.umontreal.ca/Pionniers/Zumthor.html
Paul Zumthor. (s.d.). Ordre national du Québec. https://ordre-national.gouv.qc.ca/membres/membre.asp?id=343
Paul Zumthor. (2022, 11 août). Dans Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Zumthor
Krummenacher, S. (2018). Paul Zumthor. Dans Dictionnaire historique de la Suisse. https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/042212/2018-01-22/
Lusignan, S. (2002, 21 octobre). Création du Fonds Paul-Zumthor. Forum, 37 (8). http://www.iforum.umontreal.ca/forum/archivesforum/2002-2003/021021/article1572.htm
Le Fonds Paul-Zumthor. (2002, 11 novembre). Forum, 37 (11). http://www.iforum.umontreal.ca/Forum/ArchivesForum/2002-2003/021111/article1700.htm
Adams, Tracy. (2010). Zumthor, Paul. Dans A. Classen (dir.), Handbook of Medieval Studies – Terms – Methods – Trends, (p. 2733-2736). De Gruyter, Inc. ProQuest Ebook Central, https://ebookcentral.proquest.com/lib/umontreal-ebooks/detail.action?docID=670459
Cerquiglini, B. (s.d.). Zumthor Paul. Dans Encyclopædia Universalis. http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/paul-zumthor/

Yanacopoulo, Andrée

  • P0256-A
  • Personne
  • 1927-

Andrée Yanacopoulo est née le 14 novembre 1927 à Tunis en Tunisie. Elle viendra s'établir au Québec en 1960. Elle est détentrice d'un doctorat en médecine (obtenu à l'Université de Lyon, France) et d'une maîtrise en sociologie. En plus d'être médecin, elle est auteure, traductrice, professeure et sociologue.

Elle a enseigné de 1961 à 1964 la sociologie à l'Université de Montréal. Elle a aussi enseigné à l'Université du Québec à Montréal (UQAM), au Collège Sainte-Marie et au CÉGEP de Saint-Laurent.

Elle fut la conjointe de Hubert Aquin, avec lequel elle eût un fils : Emmanuel Aquin. Elle est d'ailleurs l'auteur d'un livre sur M. Aquin : 'Signé Hubert Aquin : enquête sur le suicide d'un écrivain' (en collaboration avec G. Sheppard aux Éditions Boréal, 1985).

Elle est aussi l'auteure de différents ouvrages dont "Hans Selye la cathédrale du stress". Oeuvre pour laquelle elle fut finaliste pour le prix du Gouverneur général, catégorie essais (1993).

Très impliquée dans le monde de l'édition, elle codirige pendant 6 ans la collection Délire aux éditions Parti-Pris et fonde sa propre maison d'éditions 'Point de fuite' avec son fils Emmanuel Aquin en 1999.

Woehrling, José

  • P0373-A
  • Personne
  • 1944-

José Woehrling est un professeur de droit retraité de l'Université de Montréal, où il était chercheur au Centre de recherche en éthique de l'Université de Montréal (CRÉUM). Il est titulaire d'une maîtrise en droit de l'Université de Strasbourg, reçue en 1966. Il complète également une maîtrise en droit (L.L.M) à l'Université de Montréal en 1970. Il amorce sa carrière de professeur en 1971 alors qu'il est nommé professeur adjoint à la Faculté de droit de l'Université de Montréal. En 1977, il est promu professeur agrégé et c'est en 1983 qu'il devient professeur titulaire. Durant sa carrière de chercheur, ses champs de recherches se concentrent autour des questions relatives au droit constitutionnel canadien et comparé, au droit international public, ainsi qu'aux droits de la personne et des minorités. Il est affilié au Barreau du Québec et à l'Association internationale de droit comparé. Il a également été chercheur pour le Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité au Québec à l'UQAM (CRIDAQ) en tant que codirecteur de l'axe de recherche intitulé Droit, institutions et aménagements des rapports intercommunautaires.

José Woehrling compte à son actif plus de 40 publications, articles, conférences, rapports et communications. Ce professeur compte également plusieurs réalisations professionnelles notables. Il rédige ainsi, en 2005, deux documents de réflexion à l'intention du Conseil supérieur de la langue française du Québec. Puis, en mai 2006, il est responsable d'un groupe d'étudiants en droit provenant de la China University of Political Science and Law de Beijing dans le cadre d'un programme d'été. José Woehrling participe à un projet de recherche sur le sénat australien à Sidney, toujours en 2006. En novembre 2007, ce professeur réalise aussi, à l'intention du Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport du Québec, une analyse des accommodements raisonnables en milieu scolaire. Il participe également, en 2007-2008 en tant que membre du comité-conseil, à la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables.

Williams, Ron

  • P0422-A
  • Personne
  • 1933-

Né à Toronto en Ontario, Ron Williams (Ronald Franklin Williams) est un architecte paysagiste et architecte montréalais. Ron Williams amorce ses études en architecture à l’Université McGill à l’École d’architecture en 1958. Il y termine son Baccalauréat en 1964 et poursuit ses études à la Sorbonne, à Paris, jusqu’en 1965 où il obtient le Diplôme en civilisation française. Ron Williams termine ses études en 1972 au Collège de design de l’environnement de l’Université de Californie, à Berkeley, où il obtient une maîtrise en architecture de paysage.

Ron Williams est d’abord chargé de cours à l’Université McGill de 1969 à 1970, puis à la fois chargé de cours à l’Université McGill ainsi qu’à l’Université de Montréal de 1972 à 1976. Il poursuit sa carrière à l’Université de Montréal comme professeur invité du programme en architecture de paysage de 1976 à 1977 puis devient professeur agrégé de 1977 à 2002. En plus d'avoir agi comme professeur, il exercera aussi diverses fonctions administratives au sein de l'Université lorsqu'il deviendra, pour une première fois, directeur intérimaire de l'école d'architecture de paysage de 1978 à 1984. Il sera par la suite sélectionné pour le même titre durant deux autres périodes, soit de 1996-2000 puis de 2010 à 2011.

Au cours de sa carrière professionnelle, il a notamment travaillé à Montréal pour John Schreiber / Ron Williams associés de 1972 à 1981 et pour Williams, Asselin, Ackaoui et associés inc. de 1987 à 2004 en tant que consultant en architecture de paysage, urbanisme et design urbain. Il travaille également à son compte depuis 1982 en tant qu’architecte et architecte de paysage. Au cours de sa carrière, il a participé ou dirigé plusieurs projets. Parmi ses projets, on retrouve : Co-directeur de la Place publique et jardin de la bibliothèque du Campus Macdonald de l’Université McGill (2006-2007) ; La révision du plan directeur de l’Université de Montréal lors de l’agrandissement de celle-ci à l’occasion de la création des pavillons Jean-Coutu et Marcelle Coutu (2002) ; Co-directeur du projet d’aménagement de l’Avenue Honoré-Mercier à la Ville de Québec (200-2003) ; Co-directeur du design urbain de la Colline parlementaire du Québec (1996-1999) ; Directeur du projet de l’Hôpital général Lakeshore de l’arrondissement de Pointe-Claire (1993) ; Responsable de la coordination de l’aménagement de quatre écosystèmes du Biodôme de Montréal (1990). Il est également impliqué dans l’aménagement de plusieurs parcs et jardins urbains, notamment le parc Jacques-Cartier dont il est directeur (1994-1996) et en tant que Co-directeur du projet Parc Plage de l’Île Notre-Dame. Ron Williams a également contribué à des projets résidentiels et commerciaux tel que le projet pour l’aménagement de la cour extérieure de la tour IBM en tant que directeur du projet (1988-1992), l’aménagement paysager d’une tour de bureaux pour la Maison SNC à Montréal (1986) et l’aménagement paysager des Promenades de la Cathédrale (1986-1988). Ron Williams est impliqué dans plusieurs autres projets, ayant souvent pour tâche le design, le design urbain, l’aménagement paysager et la surveillance de chantiers.

Le professeur Williams possède également à son actif plusieurs publications s’étalant de 1990 à 2004. Lors de cette même période, il a également donné plusieurs conférences lors de congrès et de colloques. Afin de souligner sa contribution dans le monde de l’architecture, Ron Williams a été reconnu et souligné par de nombreux prix et distinctions tout au long de sa carrière. Le prix le plus notable lui ayant été décerné est un prix pour l’ensemble de sa carrière remis par l’Association des architectes paysagistes du Canada en 2007 sans oublier qu'il a été nommé au sein de l'Ordre du Canada en 2018. Il détient également plusieurs prix pour les projets architecturaux auxquels il a contribué ou dirigé.

Vivier, Claude

  • P0235-A
  • Personne
  • 1948-1983

Claude Vivier est né à Montréal le 14 avril 1948. Initié très tôt à la musique, Vivier s'inscrit au Conservatoire de Montréal en 1967 où, sous la direction de Gilles Tremblay, il composera les premières oeuvres qui le feront connaître (dont Prolifération, 1969). En 1970, Vivier part poursuivre ses études en Allemagne auprès de Gottfried Michael Koening, Hans Ulich Humpert et Karlheinz Stockhausen. Il y restera cinq ans pendant lesquels il composera notamment Désintégration (1972). C'est au contact de Stockhausen que le jeune compositeur, délaissant une approche structuraliste, développera un style plus personnel axé sur l'utilisation de la voix et une écriture davantage homophonique (Chants, 1973). De retour à Montréal, Claude Vivier sera l'un des membres fondateurs, avec Lorraine Vaillancourt, John Rea et Jose Evangelista, des Événements du Neuf, une société de concerts dont le mandat sera de promouvoir la musique contemporaine à Montréal. Dès les années 1980, Vivier composera davantage pour de grandes formations musicales (Orion, Kopernikus, Lonely Child, Prologue pour un Marco Polo, etc.). En 1981, il sera nommé Compositeur de l'année par le Conseil canadien de la musique. Claude Vivier est mort à Paris le 7 mars 1983.

Viger, Jacques

  • P0112-A
  • Personne
  • 1787-1858

Jacques Viger, cousin de Louis-Jacques Papineau, est né le 7 mai 1787 à Montréal. Le 17 novembre 1808, il épouse Marie-Marguerite La Corne, avec qui il aura trois enfants. Il entre au collège Saint-Raphaël en 1799. Il commence sa carrière comme arpenteur. Il deviendra rédacteur du journal Le canadien en 1808-1809. Il participe à la guerre de 1812 en tant que lieutenant dans le 3e bataillon de Montréal. En 1829, il devient lieutenant-colonel de ce bataillon. Il remplira également les fonctions d'inspecteur des grands chemins à partir de 1813. Il sera le premier maire de Montréal de 1833 à 1836. Il s'occupe aussi à organiser les élections. Il sera d'ailleurs directeur de scrutin pendant plusieurs années.

Ses plus grandes réalisations concernent les travaux savants d'érudition qu'il a réalisés et la collection de manuscrits historiques qu'il s'est appropriée au cours des années, concernant l'histoire du Canada. On le connaît également comme mémorialiste. Il a transcrit sur papier de nombreuses observations concernant l'époque dans laquelle il a vécu et les gens qu'il a côtoyés. Il sera nommé commandeur de l'Ordre de Saint-Grégoire le grand. Il fondera aussi la Société Historique et en sera le premier président. Il participera aux travaux de Lord Durham. Il est décédé le 12 décembre 1858, à Montréal.

Vice-rectorat exécutif (1967-1985)

  • D0002-A
  • Collectivité
  • 1967-1985

Le poste de vice-recteur exécutif ou de vice-rectrice exécutive de l'Université de Montréal est créé en 1967.

Sous l'autorité du Rectorat, il ou elle cumule plusieurs responsabilités, dont celles d'assurer la coordination de la direction de l'Université de Montréal, de voir à la préparation des réunions des corps universitaires et de participer au Comité du budget et au Comité de la planification. Enfin, il ou elle se porte garant de l'étude et du cheminement des projets de création, de fusion, d'affiliation et d'intégration d'unités académiques ou d'institutions à l'Université.

En 1972, les fonctions d'un nouveau vice-recteur ou d'une nouvelle vice-rectrice s'élargissent. Désormais, il ou elle endosse la suppléance au Rectorat, veille à la préparation des réunions du Comité de régie et pourvoit aux questions relatives à la juridiction entre les vice-rectorats. L'année 1985 marque la répartition des responsabilités du vice-rectorat exécutif entre le vice-rectorat à la recherche, le vice-rectorat aux affaires professorales et le vice-rectorat à l'administration. Cette décision est effective jusqu'à la nomination, en 1998, d'un nouveau vice-recteur exécutif en titre.

Vice-rectorat aux ressources humaines et à la planification

  • D0168-A
  • Collectivité
  • 2010-

Le Vice-rectorat aux ressources humaines et à la planification est créé en 2010. Il est responsable de tous les dossiers liés aux ressources humaines et doit, à ce titre, favoriser la mobilisation du personnel enseignant et du personnel administratif et de soutien autour de la mission universitaire. Il a également le mandat, comme responsable de la planification, de maximiser l’allocation des ressources à l’Université. Le Bureau de recherche institutionnelle et la Direction des ressources humaines relèvent du Vice-rectorat aux ressources humaines et à la planification.

Vice-rectorat aux ressources humaines

  • D0038-A
  • Collectivité
  • 1987-1998

Le Vice-rectorat aux ressources humaines de l'Université de Montréal succède en 1987 au Vice-rectorat aux affaires professorales. Ayant comme objectif premier le développement de l'esprit de service dans la communauté universitaire, le Vice-rectorat s'occupe de fournir aux étudiants l'aide nécessaire et possible dans leurs différents secteurs d'activités. De même, il s'emploie à garantir le succès du programme gouvernemental d'accès à l'égalité de la femme et s'applique au recrutement d'un ombudsman. En 1998, suite à une restructuration au sein des Vice-rectorats de l'Université, les fonctions du Vice-rectorat aux ressources humaines s'intègrent à celui de l'exécutif. Deux ans plus tard (janvier 2002), un nouveau Vice-rectorat aux ressources humaines entre en fonction. Alain Vaillancourt (1987-1995), Michel Trahan (1995-1998) et Gisèle Painchaud (2002-) ont assuré le poste de Vice-recteur aux ressources humaines sous la tutelle de la Direction générale de l'Université de Montréal.

Vice-rectorat aux finances et aux infrastructures

  • D0196-A
  • Collectivité
  • 2010-

En 2010, le poste de vice-recteur aux finances et aux infrastuctures est créer avec la nomination d'un vice-recteur en titre titre, Le vice-rectorat aux finances et aux infrastructures a pour mandat de soutenir la mission de l’Université de Montréal en assurant la disponibilité des infrastructures technologiques et immobilières, l’allocation optimale des ressources, l’intégrité financière de l’établissement et le maintien d’un environnement sécuritaire pour la communauté. Il préside le comité du budget.

Il a sous sa responsabilité les unités suivantes : le Bureau de la vérification interne (volet administratif), le Centre d’expertise Synchro, la Direction de la prévention et de la sécurité, la Direction des budgets, la Direction des immeubles , de même que la Direction des services auxiliaires (impression,librairie e stationnement). Les unités suivantes sont également sous sa responsabilité: la Direction générale des technologies de l'information et de la communication (DGTIC), la Direction générale des services financiers, la Gestion des placements et la Gestion des régimes de retraite (RRUM).

Vice-rectorat aux études

  • D0052-A
  • Collectivité
  • 1975-1987

Le poste de vice-recteur aux études est créé en 1975, suite au Vice-rectorat aux affaires académiques (D0003). Son rôle est le contrôle général des études. Il met en place des mécanismes de définition des objectifs et d'évaluation des programmes d'études. Après 1987, cette fonction a été intégrée au Vice-rectorat à l'enseignement et à la recherche.

Vice-rectorat aux affaires publiques et au développement

  • D0155-A
  • Collectivité
  • 1998-

Le Vice-rectorat aux affaires publiques et au développement prend la relève de l'ancien Vice-rectorat aux affaires publiques (D0100) en 1998. Il est responsable de l'ensemble des communications de l'Université ainsi que des affaires publiques. Le Vice-rectorat a aussi la charge du Fonds de développement et de la Campagne de collecte de fonds de l'Université. De janvier 2002 à mars 2003, cette fonction avait été intégrée au Cabinet du recteur. Mais à partir de juin 2005, cette nouvelle dénomination prend la forme de Vice-rectorat - développement et relations avec les diplômés.

Vice-rectorat aux affaires publiques

  • D0100-A
  • Collectivité
  • [1987?]-1998

Le poste de Vice-rectorat aux affaires publiques de l'Université de Montréal se constitue en 1987. Il a comme mandat de développer des rapports harmonieux et féconds entre l'Université et ses composantes internes et le grand public afin d'obtenir leur collaboration et leur soutien pour la réalisation des missions de l'Université. À partir de 1998, le Vice-rectorat aux affaires publiques change son appellation pour devenir le Vice-rectorat aux affaires publiques et au développement. Ce dernier veille à l'ensemble des communications de l'Université ainsi qu'aux relations publiques. Il se porte aussi garant du Fonds de développement et de la Campagne de collecte de fonds de l'Université. Sous la tutelle du Rectorat, le Vice-rectorat aux affaires publiques a été représenté par Bernard Grégoire 1987-1991 et Claire McNicoll 1991-.

Vice-rectorat aux affaires professorales

  • D0077-A
  • Collectivité
  • 1978-

Le Vice-rectorat aux affaires professorales de l'Université de Montréal voit le jour en 1978. Sous la tutelle de la Direction générale, il a comme objectifs principaux la préservation et l'amélioration de la qualité de l'Université à savoir le développement du meilleur corps professoral et la conciliation des régimes de participation et de négociation collective. Pour atteindre ces desseins, le Vice-rectorat cumule plusieurs responsabilités. En effet, il doit analyser les renouvellements de nomination des professeurs, contribuer à la mise en oeuvre des politiques et règlements institutionnels et veiller à ce que chacun assume adéquatement ses obligations selon sa position. Responsable du Service pédagogique et du Centre audiovisuel, il se voit remplacé en 1987 par le Vice-rectorat aux ressources humaines. Ce dernier avec des fonctions plus englobantes souhaite en tout premier lieu développer l'esprit de service dans la communauté universitaire. La position de Vice-recteur aux affaires professorales a été occupée par Louis-Marie Tremblay (1978-1987).

Vice-rectorat aux affaires étudiantes et au développement durable

  • D0197-A
  • Collectivité
  • 2010-

En 2010, le poste de vice-recteur aux affaires étudiantes et au développement durable est créé avec la nomination d'un vice-recteur en titre. Le Vice-rectorat aux affaires étudiantes et au développement durable a pour mission d'orienter, de développer, de coordonner et de superviser une variété de services, de programmes et de ressources qui contribuent au développement, à la réussite académique et au bien-être de la population étudiante. Il joue un rôle important dans l'amélioration de la qualité de vie sur le campus pour toute la communauté universitaire, notamment en veillant à la qualité de l'environnement physique, culturel, communautaire et de santé. Il contribue à concrétiser un véritable milieu de vie. Il veille à ce que les principes du développement durable soient intégrés dans ses propres activités et de façon transversale à l'Université de Montréal pour lui donner une véritable signature « verte ». Le mandat du Vice-rectorat aux affaires étudiantes et au développement durable comprend notamment la gestion des dossiers liés à l'enseignement aux trois cycles d'études et à la formation continue, les liens avec les associations étudiantes, le soutien à la réussite, les services aux étudiants, l'amélioration continue des programmes d'études et le soutien à la création et à l'actualisation de partenariats, notamment interdisciplinaires.

Vice-rectorat aux affaires académiques (1968-1979)

  • D0003-A
  • Collectivité
  • 1968-1979

Le vice-rectorat aux affaires académiques de l'Université de Montréal est créé en 1968. Il est occupé par M. André Archambault dès sa création, jusqu'en 1975.

Il est responsable du corps professoral, des affaires étudiantes et des services académiques. Il lui revient également de maintenir les relations avec les pouvoirs publics, les universités et autres organismes dans les matières de sa juridiction. Il assume de surcroît toutes les responsabilités qui lui sont confiées par le recteur ou la rectrice selon les modalités déterminées par celui-ci.

À partir de 1975, ce vice-rectorat est remplacé par le vice-rectorat des affaires professorales et le vice-rectorat aux études.

Vice-rectorat au développement

  • D0041-A
  • Collectivité
  • 1968-1971

Le Vice-rectorat au développement est créé en 1968. Ses fonctions incluses l'estimation de la croissance de la population étudiante, l'aménagement de l'Université (transformations du domaine universitaire, supervision de l'exécution, présidence du comité de construction et participation au comité de planification), la gestion des ressources (fonds privés et publics) pour fins d'investissements et l'entretien des relations avec les pouvoirs publics, les universités et autres organismes dans les matières de sa juridiction. Lucien Piché en est le vice-recteur de 1968 à 1971. Le Vice-rectorat au développement cesse ses activités en 1971, puisque cette fonction est intégrée au Cabinet du recteur, puis ensuite au Vice-recteur - affaires publiques.

Vice-rectorat associé

  • D0050-A
  • Collectivité
  • 1966-1967

La fonction de vice-recteur associé est créée en 1966. Le vice-recteur associé agit alors principalement comme assistant au vice-recteur. Celui-ci confie des tâches spécifiques au vice-recteur associé de façon à lui permettre de mieux suivre le fonctionnement des divers organismes relevant directement du recteur. Paul Lacoste en est le titulaire de 1966 à 1967. Le Vice-rectorat associé cesse ses activités en 1967.

Vice-rectorat à l'enseignement et à la recherche

  • D0108-A
  • Collectivité
  • 1987-

Prenant en partie le relais du Vice-rectorat aux études, le Vice-rectorat à l'enseignement et à la recherche a été créé en 1987. Il a comme objectif initial de valoriser l'enseignement, l'étude sur l'abandon des études ainsi que la réforme des programmes. En 1993, le volet recherche passe au Vice-rectorat à la recherche et à la planification. Il est remplacé en 1998 par le Vice-rectorat à l'enseignement de premier cycle et à la formation continue.

Vice-rectorat à l'enseignement de premier cycle et à la formation continue

  • D0154-A
  • Collectivité
  • 1998-2005

Créé en 1998, le Vice-rectorat à l'enseignement de premier cycle et à la formation continue avait pour but le développement et la coordination des activités d’enseignement de premier cycle, de la formation continue, de la vie étudiante et des relations avec les associations étudiantes. La première vice-rectrice fut Claire McNicoll (1998-2002), suivit par Nicole Duhamel-Maestracci (2002) et Maryse Rinfret-Raynor (2003-2005). Le Vice-rectorat en enseignement de premier cycle et formation continue fut aboli en 2005.

Vice-rectorat à l'administration et aux finances (1969- )

  • D0019-A
  • Collectivité
  • 1969-

Le vice-rectorat à l'administration est créé en 1969. Roger Larose en est le premier vice-recteur à l'administration de 1969 à 1979. À cette époque, il a comme fonction de coordonner et de concevoir les pratiques administratives de l'Université, de superviser les activités non-académiques de l'Université et d'assurer la présidence du Comité du budget.

Désormais connu sous le nom vice-rectorat à l’administration et aux finances, il veille à l’allocation optimale, fondée sur les orientations stratégiques de l’Université, des ressources financières, technologiques et immobilières de l’établissement ainsi qu’à son intégrité financière. Le vice-rectorat et ses équipes planifient, supervisent et réalisent des projets d’envergure qui permettent à la communauté universitaire de mener à bien ses activités de recherche et d’enseignement. Il a la responsabilité d’assurer un environnement de travail et d’études sain et sécuritaire sur les différents campus. Il a aussi pour mandat de faire la promotion des valeurs du développement durable à l’Université et de mettre en œuvre des mesures concrètes pour la réalisation de la Politique de développement durable.

Vice-rectorat à la recherche, à la découverte, à la création et à l'innovation

  • D0152-A
  • Collectivité
  • 1998-

Le Vice-rectorat à la recherche, à la découverte, à la création et à l'innovation est créé en 1998 sous le nom de Vice-rectorat à la recherche. Il prend la relève du Vice-rectorat recherche et planification (1993-1998). Ce vice-rectorat oriente l’ensemble des activités scientifiques de l’Université. La Direction générale de la recherche et les Presses de l’Université de Montréal se rapportent à lui. Il porte le nom de Vice-rectorat à la recherche et aux relations internationales entre 2010 et 2011 puis celui de Vice-rectorat à la recherche, à la création et à l’innovation (2011-2015). S'ajoute alors à son mandat l'application des normes éthiques en matière de recherche, les activités de création, et comprend un volet applicatif, axé sur l'innovation et la valorisation de la recherche. Il porte son nom actuel depuis 2015.

Vice-rectorat à la recherche et à la planification

  • D0110-A
  • Collectivité
  • 1985-1998

En 1985 le vice-recteur à la recherche se voit confier la responsabilité de la planification et devient vice-recteur à la planification et à la recherche. Le Vice-rectorat à la planification et à la recherche rassemble sous un même poste les fonctions auparavant assumées par le Vice-rectorat à la recherche et le Vice-rectorat à la planification. Cumulant ainsi les multiples responsabilités des anciens vice-rectorats, le Vice-rectorat à la planification et à la recherche s'occupe de la croissance des effectifs, de l'établissement des priorités, du développement général du campus et cela autant sur le plan académique que non académique. De même, il poursuit l'organisation de la recherche (gestion des programmes), l'administration de la recherche, la coordination des politiques de recherche et l'entretien des relations, au point de vue académique, avec les institutions affiliées. À partir de 1993 il prend le nom de Vice-rectorat à la recherche et à la planification. Le Vice-rectorat termine ses activités en 1998 alors que ses fonctions sont réparties entre le Vice-rectorat à la planification et le Vice-rectorat à la recherche. Le poste de vice-recteur à la planification et à la recherche puis de vice-recteur à la recherche et à la planification a été assuré par Pierre Robert (1985-1993) et par Maurice St-Jacques (1993-1998).

Vice-rectorat à la recherche (1968-1987)

  • D0017-A
  • Collectivité
  • 1968-1987

Le vice-rectorat aux études et à la recherche est créé en 1968. Le premier vice-recteur à occuper ce poste est Maurice L'Abbé de 1968 à 1978.

Ce vice-rectorat a pour mandat l'organisation des études (gestion des programmes), l'administration de la recherche, la coordination des politiques de recherche et l'entretien des relations au point de vue académique avec les institutions affiliées.

En 1970, la responsabilité du volet « études » du vice-rectorat passe à André Archambault, avec la création du vice-rectorat aux affaires académiques. Le vice-rectorat devient alors le vice-rectorat à la recherche. En 1987, les fonctions qui relèvent de ce vice-rectorat sont intégrées au vice-rectorat à l'enseignement et à la recherche.

Résultats 1 à 25 sur 812