Affichage de 5 résultats

Personnes et organisations
Famille

Parizeau, Famille

  • P0028-A
  • Famille
  • 1867-

Famille réputée dans les domaines de l'assurance, de l'enseignement universitaire, de la littérature et de la politique. Elle se compose entre autres de :

  • Gérard Parizeau, né en 1899. Diplômé de l'école des Hautes Études Commerciales (HEC) en 1920, il devient ensuite secrétaire particulier de Sir Lomer Gouin puis d'Édouard Montpetit. Enseignant aux HEC de 1928 à 1965, ses spécialités sont l'histoire économique du Canada, l'histoire du commerce et des assurances. Parallèlement à sa carrière dans l'enseignement, il fonde deux revues : "L'Actualité économique" en 1925 et "L'Assurance" en 1932, puis son propre bureau de courtage en 1938. Membre de la corporation de l'école des H.E.C., de la commission d'administration de l'Université de Montréal et de plusieurs autres comités, il est l'auteur de nombreux ouvrages et articles. Il décède en 1994.

  • Télesphore Parizeau, né en 1867. De 1890 à 1896, il étudie à Paris où il obtient son diplôme de la faculté de médecine. Puis il devient chirurgien attaché à l'hôpital Notre-Dame à Montréal. Vice-doyen (1927-1934), puis doyen ( 1934-1938) de la Faculté de médecine de l'Université de Montréal, il prononcera de nombreuses allocutions. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur et décède en 1961.

  • Alice Parizeau, née Poznanska en 1930. Elle est diplômée de l'école des Sciences politiques et de la faculté de Droit de Paris. Secrétaire générale du Centre International de Criminologie Comparée à l'Université de Montréal, puis secrétaire de rédaction de la revue "Criminologie", elle est l'auteur de plusieurs ouvrages et a collaboré à la rédaction de plusieurs rapports et études. Elle décède le 30.09.1990.

  • Michel Parizeau, né en 1931. Il est diplômé du Collège Stanislas, de l'école navale de Royal Reads et de l'école des Hautes Études Commerciales (H.E.C.) de Montréal. Assureur et directeur général de la maison Gérard Parizeau Ltée jusqu'en 1971, moment de son décès, il est l'auteur de plusieurs études sur les assurances et membre chargé de la révision de la loi sur les assurances du Québec.

Lacoste, Famille

  • P0079-A
  • Famille
  • 1789-1923

Louis Lacoste naît le 3 avril 1798 à Boucherville. Il fait des études de droit à Montréal et devient notaire en 1821 à Boucherville, ville dont il sera le maire en 1857. En 1837-38, il fait partie du groupe des patriotes, ardents défenseurs des droits des Canadiens français. C'est à cette époque qu'il sera emprisonné sous l'accusation de haute trahison à cause de sa participation comme orateur à l'assemblée des Six Comtés à Saint-Charles. Après un enfermement de sept mois, il est relâché sous cautionnement et sans avoir comparu. Député à la Chambre d'Assemblée de 1834 à 1861, puis conseiller législatif de 1861 à 1867, il devient ensuite sénateur de la division de Montarville jusqu'à sa mort le 26 novembre 1878. (Source : Dictionnaire biographique du Canada - Volume X (de 1871 à 1880) - Presses de l'Université Laval.)

Alexandre Lacoste, fils d'un troisième mariage de Louis Lacoste naît à Boucherville le 13 janvier 1842. Il fait ses études au séminaire de Saint-Hyacinthe et à l'Université Laval de Québec et entre au barreau du Bas-Canada en 1863. Marié en 1866, il exerce sa profession dans un cabinet d'avocats. Docteur en droit de l'Université Laval en 1879, puis bâtonnier du barreau de Montréal en 1879 et 1880, il devient professeur de droit à la succursale de Montréal de l'Université Laval de 1880 à 1923. Président et membre de nombreux conseils et comités, conseiller législatif puis orateur du Sénat en 1891, il démissionne de cette fonction lorsqu'il est nommé juge en chef de la province de Québec, poste qu'il occupera de 1891 à 1907. Il est fait chevalier par la Reine Victoria en 1897 et reçoit de nombreuses récompenses honorifiques. Il décède à Montréal le 17 août 1923 et est inhumé au cimetière Notre-Dame-des-Neiges. (Source : Répertoire des parlementaires québécois, 1867- 1978 - Assemblée nationale du Québec - 1980).

Giroux, Famille

  • P0156-A
  • Famille
  • [18-]-1978

Les membres les plus connus de la famille Giroux sont les sœurs Antoinette et Germaine Giroux, très actives dans le théâtre québécois pendant la majeure partie du 20e siècle. Mais la famille Giroux dont témoigne le présent fonds commence avec leur arrière-grand-père, Isaac Giroux, instituteur à Chateauguay, et se poursuit avec leur grand-père, Philorôme Giroux, organiste officiel pour diverses églises. Puis, son fils, Ederic-Lactance Giroux, père des deux sœurs, après des études en gravure à New York, est devenu le photographe officiel de la Ville de Montréal jusqu’à sa mort en 1942. En plus d’Antoinette et de Germaine, il a eu pour enfants Marie-Louise (morte prématurément), Albert (photographe comme son père à la Ville de Montréal), ainsi qu’Elzire. Entre autres décoratrice à New York où elle se faisait appeler Billie, Elzire Giroux y a fréquenté divers artistes, dont l’auteur à succès français Maurice Dekobra.

Née en 1902, Antoinette Giroux a obtenu son premier rôle au théâtre à trois ans. Plus tard, elle est partie rejoindre sa sœur Billie à New York. De 1927 à 1931, elle a joué dans des pièces de théâtre à Broadway, dont l’une, où elle tenait le rôle principal, a connu un tel succès qu’elle a fait la lune des journaux new-yorkais. Quant à Germaine Giroux, née en 1899, elle a fait ses débuts dans des théâtres montréalais, notamment au Monument National. De 1923 à 1926, elle a habité Paris où elle a fait partie de la troupe de théâtre de la Porte-Saint-Martin, ce qui l’a amenée à jouer en France, en Belgique et en Suisse. De retour à Montréal, elle a été la vedette du théâtre Stella à Montréal, dont elle a pris la direction en 1934, alors âgée de 35 ans. Sa sœur Germaine étant revenue de New York, les deux femmes ont par la suite joué ensemble dans nombre de pièces de théâtre, notamment sur les planches du théâtre Arcade, qui avait succédé au Stella, et aussi sur la scène du théâtre Saint-Denis et du Théâtre du Nouveau Monde.

Les sœurs Giroux ont également pris part aux débuts de la télévision québécoise et ont interprété des rôles dans des sériées télévisées telles que Rue des Pignons et Les belles histoires des pays d’en haut. Elles ont fait partie du paysage télévisuel jusqu’à leur mort respective, soit en 1975 pour Germaine et en 1978 pour Antoinette. Cette année-là, peu avant sa mort, Antoinette Giroux a reçu la décoration de l’Ordre du Canada.

Famille Bégon

  • P0054-A
  • Famille
  • [ca 1600-1800]

La famille Bégon, originaire de Bretagne et installée dès le XVIe siècle dans la région de Blois (France) est une famille typique de la noblesse française. Liée aux plus grands noms de France, comme Colbert, elle s'associe aux entreprises politiques, financières, militaires et intellectuelles les plus marquantes de cette époque. Plusieurs membres de cette famille de hauts fonctionnaires font carrière dans l'administration maritime et coloniale, à l'époque où le Canada est une colonie française.